Pour un monde
où les gens vivent
en bonne entente,
un monde sans course
à l’armement,
sans exploitation,
sans violence.
Faisons tout
à partir d’une
attitude de dialogue
et d’engagement
non-violent

Nl

n-Thabor 

travaille avec Intal
(Int. Action for Liberation),
une organisation sociale
pour le support de la
résistance des peuples
contre l'impérialism
et l'occupation

  

 

 

 

 

 

   Nouveau Thabor Donner des opportunités

  

Home

Le site complet (en Néerlandais) avec toutes les actualités et actions se trouve ici.

Nouveau Thabor est ...

L’ASBL Nouveau Thabor Solidarité a été créé en 1998 avec l’idée d’œuvrer pour la paix et l’unité entre les peuples. Les premières années, l’ASBL a été surtout actif en Belgique parmi les étudiants internationales venant d’Afrique et d’Asie.

Actif en Afrique

L’Afrique est un continent de contrastes. Le Nigéria est riche en pétrole et gaz naturel. Mais la population reste pauvre, surtout au Nord où le désert énorme du Niger est proche.

Depuis 2005 Nouveau Thabor est actif au Nord du Nigeria, à Kaduna. Ensemble avec la population locale, l’ONG cherche des alternatives pour échapper à la pauvreté et la division. Dans ce contexte, l’entent entre communautés est important. A Kaduna, il s’agit surtout d’une convivialité en paisible entre chrétiens et musulmans.

Nouveau Thabor croit en la résistance contre l’injustice sociale, politique et économique et contre les violations des droits de l’homme.

Nouveau Thabor supporte et promeut chaque résistance pacifique, surtout collective, contre l’injustice.

Malgré sa diversité et son ouverture, n-Thabor ne vise pas à cacher sa couleur : être un mouvement progressiste qui croit aux idéaux de la lutte pour un monde plus juste et en la dénonce de toute sorte d’exploitation. Afin d’atteindre ces objectifs, n-Thabor croit à la méthode de l’action politique et de débattre l’injustice. Dans un esprit de collectivisme, n-Thabor lance un appel à toutes les forces sociétales qui savent contribuer à ce sujet : éducation, activisme de travailleurs, religion, le marché, etc.
Nouveau Thabor tient à son indépendance politique et financière.

Kaduna (Nigéria du Nord) – une vue sur la rue du quartier où n-Thabor est actif

 

Nouveau Thabor a lancé en 2007 «enfants talentueux», un projet qui vise à réfléchir ensemble avec les gens locaux sur le futur de leur pays.

Des mères d’enfants talentueux au Nigeria savent ce qu’elles veulent 

Supporter n-Thabor représente entre autres financier de façon directe un groupe de veuves vivant à Kaduna, une ville provinciale dans une des régions les plus pauvres du monde (le nord du Nigeria). Avec le soutient de n-Thabor, le futur scolaire de neuf enfants talentueux concrets est assuré. Aussi, avec le projet un éducateur social est engagé, ainsi que des sessions mensuelles de formation sont organisées pour les enfants et leurs mères.

Les sessions de formation se font sous l’angle de la paix et de l’unité entres les peuples, un thème important dans une société où des musulmans et des chrétiens ont une entente mise en difficulté par la pauvreté extrême. Des pauvres ont tout intérêt de protéger leurs propres « marchés ». Evidement, cela empêche une paix sociale et de la bonne entente. Des communautés alors ont de plus en plus difficile à vivre ensemble dans la paix. A la base, cela est encore faisable. Des gens simples en général sont moins idéologique et catégorique que l’on fait croire. Mais par des groupes d’intérêt politique des sensibilités délicates sont amenée à l’extrême. Avec n-Thabor, cette stratégie est interrompue par l’idée de réaliser de programmes de dialogue et de collaboration entre communautés.

Fin 2008, n-Thabor a décidé d’attribuer à chacune des mères à Kaduna un support financier de 400 Euros. Par cela des microprojets sont lancés selon le choix des mères, sinon une injection financière est donnée à leur propre commerce déjà existante. Parce que n-Thabor ne croit pas dans des crédits dans une économie strictement instable (incontrôlée), il a été opté pour une accréditation financière. Rakyia était la première mère indiquée à recevoir ce support venant de n-Thabor. Rakyia fait des plats à emporter pour les nombreux travailleurs immigrés dans la bidonville de son quartier. En achetant un plus grand stock pendant la période de l’année où les prix sont les moins élevés, Rakyia réalise à normaliser pour une partie sa marge de bénéfice trop restreinte.

      Rakyia fière de son commerce

Les mères dans le projet n-Thabor ont décidé, dans la bidonville où elles habitent, de ne pas lancer une coopérative. Les économies moyennes du marché sont malheureusement trop dominées par des patrons locaux. Développer l’expertise nécessaire dans ce contexte ne serait qu’une perte de peine. Les mères dans le projet de n-Thabor voient clairement le drame de la fuite vers les villes dans une société qui est de plus en plus privatisée. A Kaduna, des parties entières de la zone industrielle restent désertées. Des marchands il y en a déjà des dizaines de milliers. Pour comparer : un pays comme la Chine connait bien une industrie assurée par l’état qui sait mettre au travail des centaines de millions de gens. Le résultat d’une politique libéral (occidentale) en Afrique est que des industries entières sont paralysées et remplacées par des produits d’import entièrement finis. Et aussi : au Nigéria presque tout le riz est importé (ensemble avec encore un tat de produits) par un seul industriel, Aliko Dangote, milliardaire avant son cinquantaine et commerçant le plus riche d’Afrique qui a encore aussi la politique fédérale dans son pouvoir. Un désastre si l’on observe ceci par les yeux de la crise actuelle alimentaire. Le salaire moyen au Nigéria reste toujours 30 Euros par mois, ou bien : moins que 400 Euros par an. Les salaires sont tristement stables tandis que les prix des produits quotidiens continuent à monter malgré des promesses continuelles. 

Enfants talentueux ont droit à l’éducation

« Le pain que tu ne manges pas, appartient aux affamés. L’habit que tu ne portes pas, appartient aux dénudés. L’argent que tu n’économises pas, appartient au pauvre. Ton injustice doit devenir justice.» Basile le Grand, 4ième siècle (Cappadoce)
 

 

 

       n-Thabor collabore avec

        des enfants talentueux

    

           

 

 

© n-Thabor 2005-2011